top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurNat

Guide de démarrage des semences pour les débutants



Que vous souhaitiez faire pousser de la laitue en pot pour économiser quelques dollars ou transformer tout votre jardin en un rêve de fleuriste, vous trouverez certainement ici des conseils utiles !

Étape N°1 : Planifier

Cette partie du processus est soit la plus soit la moins excitante, selon votre personnalité. S'asseoir et établir un plan de plantation solide vous aidera non seulement à organiser votre saison de culture à venir, mais aussi à éviter d'acheter trop de sachets de graines - ou pire, trop peu. La première étape consiste à mesurer votre jardin, ou du moins vos plates-bandes. Il n'est pas nécessaire que cette mesure soit précise au millimètre près, mais faites en sorte qu'elle soit la plus proche possible. Il en va de même pour ceux qui cultivent en pots ou en plates-bandes surélevées. Il est important de savoir de combien d'espace vous disposez réellement. Notez les zones les plus ensoleillées et les plus ombragées de votre jardin. Les endroits les plus ensoleillés doivent être réservés aux tomates, poivrons, melons, zinnias, dahlias, tournesols, herbes méditerranéennes... tout ce qui est indiqué plein soleil au dos du paquet de graines. Toutes les zones considérées comme partiellement ensoleillées ou ombragées doivent être réservées aux cultures à feuilles, comme la laitue, les épinards, les légumes asiatiques tels que le bok choy ou le pak choi, et les herbes à feuilles. Dessinez un plan simple de votre jardin sur papier, en veillant à noter les dimensions de vos plates-bandes. Inscrivez l'exposition au soleil de chaque planche de jardin, du plein soleil à l'ombre. Si vous êtes dans un nouveau jardin, ou si vous n'êtes pas sûr de l'ensoleillement, partez du principe que tout est partiellement ensoleillé pour l'instant, mais n'oubliez pas de noter les niveaux d'ensoleillement pour la saison à venir.

Étape N°2 : Décider de ce que vous voulez faire pousser

Maintenant que vous avez une idée générale de votre espace et de l'exposition au soleil, il est temps de réfléchir à ce que vous pouvez faire pousser. Cette décision doit être basée uniquement sur deux facteurs : ce que vous aimez et ce qui se développera dans vos conditions. Si vous cherchez à faire pousser des fruits et des légumes, choisissez des produits que vous aimez manger. Si vous faites pousser des fleurs, pensez à l'usage que vous voulez en faire. Des fleurs coupées à apporter à l'intérieur de la maison ? Ou des fleurs sauvages qui déborderont sur le côté de vos pots ? Je sais que cela semble évident, mais vous seriez surpris de voir le nombre de débutants qui choisissent un paquet de haricots verts parce qu'on leur a dit que c'était une culture facile... alors qu'ils n'aiment pas du tout les haricots. Dressez donc une liste de souhaits, organisée en fonction de vos zones de culture. Vous n'avez pas besoin de choisir des variétés spécifiques à ce stade. Le plus important est de garder à l'esprit votre espace de culture. Les grandes plantes, comme les tomates, les poivrons, les courgettes et les laitues pommées, ont besoin d'environ un pied carré d'espace autour d'elles pour bien pousser. Les fleurs, les plantes racines et les légumes verts à feuilles plus petites ont besoin de moins d'espace. Le choix de l'espacement exact est une question d'expérience, alors pour vos premières saisons, rappelez-vous : à gros fruits, grand espace.

Étape N°3: Choisissez vos graines

Je pense que c'est la partie où beaucoup de débutants sont dépassés, et pour cause. Nous sommes absolument gâtés lorsqu'il s'agit de semences, car le choix est souvent beaucoup plus vaste que si nous achetions des semis de légumes ou des plateaux de plantes annuelles. Mais n'ayez crainte ! Armez-vous de votre liste et lisez attentivement les paquets de graines. Tous les paquets de graines doivent indiquer les niveaux de lumière dont la plante a besoin, le temps qu'il faut pour qu'elle soit complètement développée, l'espacement dont elle a besoin, et il y a aussi généralement une indication pour savoir s'il faut semer la graine directement à l'extérieur, ou si elle peut être démarrée à l'intérieur. Si vous cultivez en conteneurs, recherchez des variétés qui ont été spécialement sélectionnées pour la culture en conteneurs. Cela est généralement indiqué soit dans le nom (concombres Spacemaster {Maitre de l’espace}, par exemple), soit par le symbole d'un pot au dos du paquet. Si vous souhaitez essayer de conserver vos propres graines, vous devez rechercher des variétés patrimoniales et biologiques. Si vous voyez "A1" ou "A2" au dos d'un paquet de graines, cela signifie que la plante est un hybride. Il est donc peu probable que les graines que vous conserverez produisent une plante exactement identique à celle qui se trouve dans le paquet. Cependant, les variétés hybrides sont souvent plus résistantes aux maladies et aux problèmes courants associés à la plante, elles constituent donc souvent un meilleur choix pour le vrai débutant. Et n'hésitez pas à demander conseil à ce stade, que ce soit au personnel ou à quelqu'un d'autre qui choisit ses graines avec un peu plus de confiance que vous.

Étape N°4: Choisir les bons matériaux de départ

Je conseille vivement à tous les débutants de se procurer un bac à semis. Il s'agit d'un plateau en plastique noir avec un dôme transparent. Ils sont utiles pour deux raisons. D'abord, le plateau n'a pas de trous de drainage, ce qui est idéal pour le démarrage des graines. Idéalement, vous devriez arroser vos graines par le bas pour éviter qu'elles ne "pourrissent". Et deuxièmement, le dôme en plastique transparent retient la chaleur et l'humidité, deux choses dont vos semis auront besoin lorsqu'ils seront très petits. Passons maintenant aux récipients dans lesquels vos graines seront placées. Là encore, vous aurez l'embarras du choix. Il y a des bandes de "rondelles" déshydratées, conçues pour une seule graine ; il y a des cellules de démarrage de graines, qui sont des plateaux en plastique réutilisables, il y a des petits pots individuels, des plateaux de graines, et bien sûr, des récipients tirés de votre propre poubelle de recyclage. Si vous voulez utiliser ces derniers, n'oubliez pas de faire des trous de drainage et de laver soigneusement les conteneurs. Désinfectez-les avec du vinaigre si possible. Les récipients que vous décidez d'utiliser doivent être adaptés aux graines que vous cultivez. Par exemple, les plantes "chaudes" comme les poivrons, les tomates et les dahlias ont besoin d'un temps de croissance plus long avant d'être prêtes à sortir dans le jardin. Ainsi, plutôt que de s'embêter à rempoter tous les mois, je vous suggère de démarrer ces graines dans des pots de 3 à 4 pouces. Cousez quelques graines dans chacun d'eux, et une fois qu'ils commencent à développer leurs vraies feuilles (ce sont les feuilles qui ressemblent à ce qu'elles seront sur les plantes adultes, les feuilles des graines ressemblent généralement à un cœur de dessin animé ou à une simple goutte d'eau), choisissez le semis le plus fort et retirez soigneusement les autres. Ceux-ci ne se porteront pas bien si vous essayez de les rempoter, alors jetez-les dans la poubelle verte. Les plateaux de semis plats avec trous de drainage sont parfaits pour coudre les herbes et les cultures à feuilles, tandis que les cellules de semis sont idéales pour la plupart des fleurs, la laitue pommée et, en gros, tout ce qui n'est pas des plantes grimpantes ou des légumes racines. Les rondelles déshydratées fonctionnent bien pour les grosses graines, comme les haricots ou les tournesols, car il est facile de s'assurer que vous ne cousez qu'une seule graine dans chacune.

Une fois vos récipients choisis, il est temps de passer à la terre. C'est peut-être l'étape la plus importante, car la qualité de la terre détermine la force de vos semis. Vérifiez toujours les ingrédients sur les sacs de terre, mais surtout sur ceux commercialisés pour le démarrage des graines. Si le premier ingrédient est de la terre végétale, ou s'il y a des nutriments ou des engrais ajoutés, ne l'achetez pas. Si une odeur chimique se dégage du sol, ne l'utilisez pas. Vos semis n'ont pas besoin de nutriments ou d'engrais supplémentaires au départ, car ils ont tout ce dont ils ont besoin pour pousser, là, dans la graine. Lorsque vous commencez à rempoter vos semis lorsqu'ils deviennent plus forts, vous pouvez alors utiliser des terreaux normaux. Mais la plupart des mélanges de terre ou de pot sont trop lourds pour que les graines puissent germer à l'intérieur.

Pour terminer, je mentionnerai des choses comme les lampes UV et les tapis chauffants. Si vous débutez, ils ne sont pas vraiment nécessaires. Ne soyez pas tenté de vous lancer dans un tourbillon d'outils de démarrage de niche et de dépenser une fortune - tout ce dont vous avez besoin, c'est d'une fenêtre ensoleillée et chaude. Si vous êtes préoccupé par les niveaux de lumière disponibles pour les plantes qui doivent être démarrées très tôt, comme les plantes vivaces, une lampe de culture vissée à une lampe de bureau directionnelle suffit à leur donner un petit coup de pouce supplémentaire.

Étape N° 5: Démarrage

Avec l'abondance de fournitures en main, il est très tentant de commencer tout de suite. Mais il est très important d'avoir le bon timing quand il s'agit de démarrer les graines. Alors, asseyez-vous avec vos paquets de graines et organisez-les en fonction de la date et de la méthode de démarrage suggérées. Toutes les graines qui doivent être semées directement à l'extérieur, comme les carottes et les coquelicots, peuvent constituer leur propre pile. Faites-en une autre pour vos cultures lentes, c'est-à-dire celles qui doivent être démarrées 6 à 8 semaines ou plus avant le dernier gel, et une autre encore pour les plus rapides, celles qui doivent être démarrées entre 3 et 5 semaines. Je sais ce que vous pensez à ce stade : comment puis-je savoir quand aura lieu la dernière gelée ? Eh bien, la réponse est que personne ne peut le savoir avec certitude, et qu'il faut donc faire une supposition éclairée. Pour les semences à 6-8 semaines, je commence généralement les miennes la semaine après la Saint Valentin. Pour les cultures plus rapides, le moment est moins important, donc vous pouvez les commencer n'importe où entre mi-mars et avril.

Sortez votre plan de plantation. Décidez à ce stade quels semis iront dans quelles plates-bandes, et combien environ vous avez de place. J'ajoute généralement un peu plus à ce nombre, car il y aura toujours des graines qui ne germeront pas ou des semis qui mourront. Ceci est particulièrement important pour toutes vos graines qui doivent être démarrées tôt. Il vaut mieux avoir trop de plantes saines que l'on peut donner à des amis, que trop peu.

Alors, avançons jusqu'au moment où nous commençons réellement à semer nos graines. J'aime verser ma terre de semis dans un grand bol et l'humidifier complètement au préalable. Cela rend non seulement la terre beaucoup plus facile à manipuler (et vous facilite le nettoyage, car les bonnes terres à semis sont souvent assez poussiéreuses), mais cela signifie aussi que vous n'aurez pas à arroser ensuite, ce qui peut parfois déloger les graines. Remplissez vos pots et plateaux de semis presque jusqu'en haut, en pressant légèrement la terre pour vous assurer qu'il n'y a pas de poches d'air. Notez que vous ne devez pas comprimer la terre à ce stade, car cela rendrait plus difficile l'insertion des petites racines fibreuses des semis. La plus grande erreur que font les gens avec les graines est de les coudre beaucoup trop profondément. La lumière et l'humidité sont ce qui indique à une graine qu'il est temps de se réveiller, donc si vous la cousez trop profondément, elle a moins de chances de germer. Pour toutes les graines qui sont trop petites pour être manipulées individuellement, comme les herbes, les coquelicots ou les laitues, versez-en dans la paume de votre main. De là, prenez une petite pincée et cousez-les soigneusement et finement sur le dessus de la terre. Les graines plus grosses, comme les haricots ou les capucines, peuvent être facilement manipulées individuellement, alors n'hésitez pas à être plus précis dans votre placement et à les enfoncer légèrement dans le sol. Il convient également de noter que toutes les graines qui semblent " plates ", comme les graines de concombre, de melon ou de tournesol, doivent être placées dans le sol verticalement plutôt qu'à plat, car l'excès d'humidité peut s'accumuler sur le dessus et faire pourrir la graine. Une fois les graines placées dans leur contenant, l'étape suivante consiste à les recouvrir légèrement. Vous pouvez le faire avec le reste de votre terre, de la perlite, de la pierre ponce finement écrasée - le plus important est de veiller à ce que vos graines soient finement recouvertes. Maintenant, à l'aide de vos doigts ou du dos d'une cuillère, appuyez doucement sur la surface de la terre pour que vos graines soient complètement en contact avec le sol. À ce stade, il est essentiel d'étiqueter vos graines. À l'aide d'étiquettes réutilisables pour plantes ou de bâtonnets de bois, écrivez le nom, la variété et la date à laquelle la graine a été semée. Ce n'est pas seulement pour vous assurer que vous ne planterez pas les choses au mauvais endroit au printemps - c'est aussi pour vous aider à garder une trace des dates de démarrage, des échecs et des succès dans les années à venir. Après cela, c'est à vous de garder vos semis uniformément humides, pas détrempés, et de vous assurer qu'ils poussent bien en les tournant de temps en temps. Et n'oubliez pas, dans la mesure du possible, d'éviter d'arroser vos jeunes plants par le haut. Versez l'eau dans le bac dans lequel ils sont assis, et laissez-les boire par le fond. Cela favorisera des racines plus fortes et empêchera les semis de pourrir. Il se peut que vous deviez rempoter vos semis au fur et à mesure de leur croissance.

Étape N°6: Durcissement

Dans notre climat, cette étape est importante. L'endurcissement est l'acte progressif d'acclimatation de vos semis aux conditions extérieures. Mon conseil, en tant que maraîcher de longue date, est de sortir vos semis dès que la température diurne est supérieure à 5 degrés. Oui, je sais que cela semble beaucoup trop froid, et oui, ils auront besoin de protection à ce stade. Mais comparé à l'extérieur, nos maisons sont incroyablement sombres. Même avec l'aide des lampes de culture ! Donc, mettez vos petites plantes dehors dès que le temps le permet. Si vous êtes bricoleur et que vous avez l'espace nécessaire, envisagez de construire un cadre froid. Vous trouverez des tutoriels sur la façon de les construire partout sur Internet et dans les livres de jardinage, dans un large éventail de difficultés et de prix. Vous pouvez également investir dans une petite étagère de serre qui peut facilement être démontée et stockée pendant l'hiver. Si aucune de ces options ne vous intéresse, rendez-vous dans votre magasin de grande surface le plus proche et prenez le plus grand conteneur de stockage transparent qu'ils ont. À l'aide d'une perceuse, faites quelques dizaines de trous dans le couvercle pour permettre la circulation de l'air et le drainage, car ce sera le sol de votre petite serre. Ensuite, tout ce que vous avez à faire est de choisir un endroit partiellement ensoleillé, mais pas en plein soleil, d'amener vos semis à l'extérieur et de les couvrir. Notez qu'à ce stade, il fera trop froid pour laisser vos semis dehors toute la nuit, même avec une protection. Cette étape est vraiment un travail d'amour, car vos semis devront être surveillés pour s'assurer qu'ils ne se dessèchent pas ou qu'ils ne sont pas exposés à trop de soleil. En général, je ne mets les miens dehors que les jours où je ne travaille pas, afin de pouvoir les surveiller tout au long de la journée.

Continuez ainsi jusqu'à ce que les températures printanières atteignent au moins 12 degrés pendant la journée et quelques degrés au-dessus du point de congélation chaque nuit. À ce stade, vous devez découvrir vos semis et les laisser dehors en permanence, sauf s'il y a un risque de gel. L'exposition au vent, à la pluie et à tout ce que le printemps peut leur apporter rendra vos plantes plus fortes et constitue l'étape finale de leur endurcissement. Si vous ne savez pas quand il est temps de planter, rappelez-vous que s'il fait assez chaud pour les mauvaises herbes, il fait assez chaud pour les graines. Lorsque les mauvaises herbes commenceront à apparaître, vous saurez que le sol est suffisamment chaud pour la germination, et vous pourrez enfin semer toutes vos graines qui doivent être démarrées directement à l'extérieur. Jetez un coup d'œil aux prévisions à venir à ce stade. Si le temps coopère, plantez le reste de vos semis durcis, mais soyez prêt à couvrir tout légume sensible comme les tomates et les poivrons pour les semaines à venir.

Dernières astuces

  • Si vous vous intéressez à la culture à partir de graines depuis un certain temps et que vous avez consulté Internet pour trouver l'inspiration, vous avez probablement rencontré le concept de "plantation en succession". Si vous êtes un débutant, ne vous inquiétez pas pour cela. Il faut des années d'expérience, et d'erreurs, pour apprendre à planifier correctement la récolte d'un produit dans votre jardin, du premier au dernier gel. Pour vos premières années, vous pouvez "tricher" avec la plantation en succession en cousant simplement des graines à côté de vos semis lorsque vous les plantez. Par exemple, lorsque vous plantez votre laitue pommée ou vos haricots verts, si vous cousez des graines à côté d'eux, vous obtiendrez une récolte échelonnée. Cela vous permettra de récolter sur une plus longue période.

  • Pour tous ceux qui souhaitent cultiver des fleurs à couper, le grillage à poules, les filets ou les grilles faites de ficelle et de piquets de bambou sont vos meilleurs amis. Fixez l'un de ces éléments à environ 30 cm du sol et, au fur et à mesure que vos fleurs poussent, il assurera la rectitude des tiges et servira de support, ce qui vous évitera de planter des tuteurs pour les fleurs lourdes comme les dahlias et les delphiniums.

  • Il existe beaucoup d'informations erronées sur la durée de conservation des graines. À quelques exceptions près, comme les oignons, la plupart des graines se conservent pendant plusieurs années et sont toujours viables. Conservez-les dans un récipient hermétique, dans un endroit frais et sombre, et vos graines se conserveront pendant des années. Notez simplement que chaque année, le taux de germination diminuera légèrement, vous devrez donc coudre davantage pour obtenir le nombre de plantes que vous souhaitez. Mais bon, ne gaspillez pas, ne voulez pas!

  • Si vous trouvez un vieux paquet de graines que vous avez oublié dans la remise et que vous voulez savoir si elles sont viables ou non avant de vous lancer dans la plantation, essayez le truc de la serviette en papier. Mouillez abondamment une serviette en papier et posez-la à plat sur une assiette. Déposez un bon échantillon de vos graines, au moins 3, sur la serviette en papier. Placez-la dans un endroit lumineux et assurez-vous que la serviette en papier reste humide. Si les graines sont encore viables, vous devriez voir apparaître du vert dans les deux semaines qui suivent. Si rien ne se passe, vous pouvez supposer que les graines sont mortes et que le paquet doit être remplacé.

Pour conclure, je dirai que la culture de graines, comme tout jardinage, s'accompagne d'une courbe d'apprentissage. Au début, vous aurez probablement des échecs, et ce n'est pas grave! En prenant le temps de planifier correctement et de comprendre votre espace de culture, vous éviterez déjà bon nombre des erreurs que font les débutants. Même si c'est un véritable désastre, vous aurez appris quelque chose et serez un jardinier plus avisé l'année prochaine. Et n'oubliez pas que la beauté de la culture à partir de graines est qu'elle est peu coûteuse et que vous pouvez essayer autant de fois que vous le souhaitez pour réussir.

19 vues0 commentaire

コメント


bottom of page